Maguire et le design local

Entrevue avec Romy Belzile-Maguire, co-fondatrice de la boutique Maguire

L’achat du design local est remarquablement en croissance depuis quelques années. En effet, 23% des Québécois affirment être prêts à payer un peu plus cher pour encourager les entreprises d’ici (CROP, 2018). Un intérêt et une envie de favoriser les artistes locaux gagne en popularité. Bien que cette tendance soit née grâce à l’esthétisme qu’elle offre et son apparence raffinée, elle génère de nombreux bénéfices. On estime en moyenne que 300 millions de paires de chaussures se retrouvent dans les poubelles, chaque année (Chic Ecologist, 2019).  Il devient primordial de revoir notre relation à notre consommation de la mode et d’apprendre à choisir des marques durables qui conviennent à nos principes.

Nous avons donc rencontré Romy Belzile-Maguire, associée de sa soeur, Myriam Belzile-Maguire. Elles ont débuté leur entreprise depuis maintenant 3 ans. Chacune a son rôle respectif, Romy Belzile-Maguire se penche plutôt sur le côté marketing de la compagnie, tandis que Myriam Belzile-Maguire s’occupe de la direction artistique. Elles connaissent déjà un franc succès, mais confirme que le milieu entrepreneurial reste toujours très masculin.

L’importance des matériaux
En débutant ce projet, elles souhaitent révolutionner la perception qu’ont les consommateurs, de la valeur d’un produit. Les jeunes entrepreneures aimeraient éduquer les acheteurs, en démontrant tout le travail derrière la fabrication d’une chaussure. Selon elles, le processus d’achat dépend trop souvent que du facteur financier. Elles réussissent ainsi, grâce à leur modèle d’affaires innovateur, à offrir à la fois la qualité et un produit esthétique, composé de matériaux durables. En effet, leurs relations de proximité avec leurs fournisseurs situés en Italie, ont été un grand levier pour faire croître leur entreprise.

« Myriam design les produits et se rend sur place en Italie, pour chaque nouvelle collection. Elle peut y passer jusqu’à 1 semaine et se promène comme elle veut dans la manufacture. Cela lui permet d’obtenir la qualité qu’elle souhaite et à la fois de développer une bonne relation avec les employés. »

Minimiser le plus possible le nombre d’intermédiaires est le secret pour obtenir prix aussi faible, pour une chaussure haut de gamme.

La communauté
Elles réussissent, grâce à leurs communications très optimales, à se créer une communauté qui les supporte et les suivent sur toutes les plateformes. Elles restent 100% transparentes envers leur audience. Chaque proportion du prix est décortiquée et expliquée, pour connaître la valeur des étapes de production. Elles remarquent en effet l’intérêt de la population québécoise à encourager le design local. D’ailleurs, la solidarité et la fidélité des acheteurs, furent des éléments moteurs pour leur croissance. 

Votre vision d’entrepreneure
Les soeurs entrepreneures ont déménagé depuis quelques semaines dans leur nouvelle boutique situé au 5365 Boul St-Laurent. Elles se déplacent également pour monter des boutiques éphémères à travers le Canada. Leurs plus grandes réussites : avoir trouvé les manufactures avec qui réaliser toutes leurs collections. Bien qu’elles aient obtenu aujourd’hui une grande notoriété dans la scène montréalaise, elles rencontrent tout de même le défi auquel la plupart des entrepreneurs font face : le financement. Pour terminer, le conseil de  Romy Belzile-Maguire : tester vos passions, elles peuvent devenir un projet à temps plein !

Vous voulez participer à notre mouvement et devenir un acteur du changement? Contactez-nous pour démarrer un projet et vous joindre à notre communauté!

Sources :

– L’actualité, 2018 : https://www.datawrapper.de/_/PlOw2/

– Photos : Boutique Maguire

– The Chic Ecologist : https://www.thechicecologist.com/green-living/clothes-accessories/shoe-waste-innovation/

The following two tabs change content below.

Charlotte Centeno

Gestionnaire marketing

Derniers articles parCharlotte Centeno (voir tous)