Entrevue zen et inspirante avec notre fournisseur Dans Le Sac

En avril, nous nous sommes rendues à Longueuil pour interviewer Dans Le Sac, un de nos fournisseurs principaux dont nous adorons les créations textiles et l’univers zéro déchet. Nous avons discuté entrepreneuriat, consommation responsable et anecdotes fun. Bonne lecture!

Read the English version here.

 

Pouvez-vous présenter votre entreprise?

Laurie: Nous sommes actuellement deux co-fondatrices et nous avons aussi deux stagiaires avec nous. Notre équipe s’agrandit, petit à petit! Nous sommes spécialisés dans la création d’objets écoresponsables, entièrement faits au Québec, et en phase avec le mode de vie “zéro déchet”.

Stéphanie: On a commencé avec des sacs à pains, à baguette, puis sac à vrac… Et on ajoute des produits au fur et à mesure à notre gamme pour faciliter le quotidien du mode de vie “zéro déchet”.

 

Comment en êtes-vous arrivés là? Pourquoi Montréal?

Laurie: Montréal, c’est ce qu’on connaît le mieux! En voyageant un petit peu on se rend compte qu’on est choyés ici concernant le zéro déchet. On a accès au plus de choses. Nous sommes deux amies de longue date, du secondaire, donc 12 ans que l’on se connaît! On faisait partie d’une grosse gang d’amis et on était les deux à avoir le plus d’affinités ensemble concernant le mode de vie zéro déchet, yoga, zen, compost…

On avait toutes les deux lu le livre de Béa Johnson, “zéro déchet”. C’est assez extrême, mais on a pris des petites idées par ci par là, comme par exemple le fait d’aller à la boulangerie avec une taie d’oreillers pour ne pas utiliser de papier plastique. Steph a commencé à faire ca, mais ce n’était pas très esthétique une taie d’oreiller, et on aime quand même quand c’est beau! Elle m’a appelé et demandé si ça me tentait de faire un sac à pain, d’en coudre un. On avait zéro expérience en couture! On est allées sur YouTube, on a pris les machines à coudre de nos mères puis on a fait un premier prototype, qu’on a travaillé.

 

Comment votre entreprise s’est-elle développée et comment avez-vous trouvé votre propre style?

Laurie: Le prototype était censé être juste pour nous, puis on en a fait quelques uns qu’on a mis sur Etsy avec un petit branding. Mais ce n’était pas pensé comme un business, plutôt comme un petit bonus, un loisir du we. Puis finalement, en 6 jours, tous nos sacs se sont vendus, et c’était pas par notre famille ! Donc on a fait une plus grosse commande aux petites mains, une entreprise de réinsertion sociale avec laquelle on travaillait pour nos premières productions. Petit à petit, ça a grossi, des personnes leur ont demandé des sacs à baguette, puis des sacs en vrac… Ça a mis 6 mois à décoller environ, donc c’était assez rapide!

Stéphanie: De fil en aiguille, on a du lâcher nos propres jobs respectifs pour se concentrer sur ca, à temps plein. On a peaufiné avec le temps, on a fait comme on le pensait, puis on a fait des formations, l’accélérateur d’HEC notamment, où on a rencontré Céline, la fondatrice de Kotmo!

 

Quels outils, techniques et matériaux utilisez-vous habituellement? Pourquoi?

Stéphanie: Tous nos sacs sont en coton qui provient des USA. On voulait du coton bio, mais en faisant des recherches et en connaissant le coton, on a vu que c’était très distendu.  Il y a un gros marché, les prix varient d’une semaine à l’autre de façon incroyable. Si on prenait du coton bio, on ne serait pas capable d’arriver à un prix raisonnable pour le consommateur. Tous nos sacs sont faits au Québec, donc il y a un coût à la main d’oeuvre québécoise, versus celle en Chine ou en Inde. On tenait à ce que ce soit fait ici. Les USA sont pas très loin de chez nous, la qualité est très belle, il est pas certifié bio mais il est plus clean que ceux provenant d’Asie. Nos serviettes de table sont faites en coton de chanvre biologique, on a aussi des sacs en textiles recyclés d’une autre entreprise montréalaise. Quand on a la possibilité de le faire, on le fait. Mais nous sommes obligées de prendre un coton régulier pour fonctionner en flux tendu et fournir à la demande.

 

 

Quelles sont vos valeurs? Comment définis-tu le succès professionnel?

Laurie: De l’étiquette, à la production et à l’emballage, tout est fait ici! Ça c’est une des valeurs structurantes de notre marque. En fait, nos valeurs sont d’abord d’avoir une mission. On ne le fait pas pour le profit. Ce n’est pas facile, il y a des parties très amusantes, mais les entrepreneurs montrent ce qu’ils veulent sur les réseaux. L’argent ne vient pas facilement donc il ne faut pas s’emballer, mais revenir souvent à pourquoi on fait ca. Nous on le fait pour la réduction du plastique, pour l’environnement, pour être en accord avec nos valeurs personnelles.

Stéphanie: Se ramener à ça souvent aider à avoir du succès, à ce que les autres adhèrent à ta mission. En restant authentiques, on a plus de chances que les gens ont plus confiance. Le plus important pour nous est de garder notre identité, et de ne pas partir dans tous les sens. Dans le fond, on vend un produit, mais c’est le véhicule de notre mission, on vend plus un lifestyle. A travers l’utilisation de nos produits, on veut que les gens adhèrent à ce style de vie, et que ça aille au delà de l’acte d’achat.

 

Qu’est ce que tu aimes le plus dans ton job?

Toutes les deux: La création de projets, c’est vraiment amusant! Et créer du contenu, partager la mission… Certainement plus que la comptabilité! Et puis on aime la flexibilité offerte par l’entrepreneuriat. On travaille beaucoup, mais être nos propres boss et prendre nos propres décisions est plaisant, même s’il faut beaucoup travailler.

 

Qu’est ce qui vous inspire, vous touche? Quels autres artistes/designers vous inspirent?

Laurie: J’ai un amour inconditionnel pour Patagonia! On partage ca. Yvon veuille sur nous! C’est vraiment un modèle d’affaires qui a réussi à rester cohérent avec ses valeurs, et être plus qu’un produit. Ils sont très engagés, Yvon a créée plein de fondations.

Stéphanie: Ceux qui oeuvrent dans le modèle B Corp, qui sont axés sur la communauté comme ça nous aident et nous inspirent beaucoup. Kotmo le fait beaucoup! 

On démarche d’ailleurs en ce moment pour obtenir la certification! D’ici la fin de l’année, on est B Corp!

 

 

Vos projets pour le futur?

Stéphanie: On va exporter en Europe prochainement, on est super contents de rendre nos produits disponibles car on a déjà beaucoup de demandes. Idéalement, dans le futur, nous aimerions que la production soit vraiment locale, mais c’est une autre étape. On veut aussi déménager nos bureaux! Continuer à créer plus de contenu, sur YouTube, participer à des conférences, répondre à toutes les questions de façon centralisée et transmettre à un plus large public. Structurer la production pour se concentrer sur les contenus et la mission. Et continuer nos pratiques durables!

Laurie: On reste flexible, on essaie de pas prévoir à trop long terme pour ne pas surfer sur une tendance éphémère, mais on fait en fonction de notre envie et du feeling. C’est très intuitif. On fait souvent des produits que nous on aimerait retrouver dans le commerce.

 

Quel type de touriste êtes-vous?

Laurie: On n’est pas tellement touristes culturels, on est très nature. On se ressemble beaucoup sur ça: voir des paysages plutôt que visiter les endroits “trendy”. On veut plus s’imprégner de la culture locale et adopter le mode de vie traditionnel.

Stéphanie: On essaie de respecter les traditions au maximum. On loue des appartements puis on va à l’épicerie par exemple.

 

Si tu pouvais avoir un dîner avec quelqu’un, n’importe qui de vivant ou non vivant, qui choisirais-tu?

Laurie: Yvon si je perds pas connaissance… Même si je ne saurais même pas quoi dire!

Stéphanie: Je ne m’étais jamais posée la question moi personnellement… Mais j’irais manger avec quelqu’un du monde du Yoga ou de la méditation.

 

Et si tu étais un objet, lequel serais-tu?

Laurie: Est-ce qu’un arbre compte pour un objet?

Stéphanie: Moi, je serai une lampe de sel comme celle sur l’étagère! C’est la première chose qui me vient en tête.

Laurie: Et moi le diffuseur d’huiles essentielles! On a un petit coin spirituel, ca fait vraiment partie intégrante de notre bureau.

 

 

Comment avez-vous connu Kotmo? Comment avez-vous commencé à collaborer?

Laurie: Grâce à l’incubateur HEC. On l’avait déjà rencontrée dans un marché avant, mais c’est vraiment grâce au programme de l’incubateur qu’on a commencé notre collaboration et développé des affinités.

Céline nous a approché avec un premier contrat qu’elle avait décroché. Desjardins peut être? En tous cas, elle nous a fait faire des sacs pour une compagnie avec qui elle collaborait. C’est passé de 50 sacs à 58 000 unités! Tout de suite un gros contrat. On était dans le cours avec elle quand elle devait soumissionner avec le client, elle avait déjà proposé des items, mais les sacs leur ont plu davantage. On a sauté de joie, on a fait notre petite danse toutes les trois à HEC!

Stéphanie: puis moi j’étais vraiment stressée dans ma tête, je pensais aux commandes de tissus, de rubans, 58 000 unités ça fait combien de mètres de tissus??

 

Qu’est ce qui te plaît chez Kotmo? Pourquoi avoir voulu travailler avec Kotmo? Est ce que cette collaboration t’a inspiré ou apporté/appris quelque chose de spécial?

Laurie: Ils sont super aidants. On a souvent eu des questionnements et Céline s’est fait un plaisir de nous répondre.

Stéphanie: C’est un peu comme une “mentor”. On vit un peu les mêmes choses, mais céline est des fois un peu plus avancés que nous. Elle nous a vraiment aidé dans notre orientation, gestion des opérations, salariés… Elle nous a toujours aidé, c’est une balle de l’organisation! Et Kotmo a vraiment des belles valeurs, en rapport avec les nôtres, et c’est le fun de collaborer avec une autre entreprise québécoise dans cette lignée là.

Laurie: Elle nous a invité à tous les petits déjeuners et MasterClass B Corp, c’est aussi, avec Miguel, nos “guides B Corp”!

 


Comment envisages tu la suite de votre collaboration?

Laurie: Cela nous ferait plaisir d’avoir d’autres contrats, et puis on redirige des entreprises qui nous approchent vers Kotmo car parfois ce n’est pas notre domaine d’expertise.

Stéphanie: J’en parle beaucoup à des gens que je connais qui ont des entreprises parce que je trouve que c’est un tout qu’elle propose. C’est un service avec les vidéos, le dossier sur le report d’impact, l’impact environnemental du produit. C’est très rare, c’est la première fois que je vois ça! C’est un package très intéressant. Donc je la réfère quand c’est moins dans notre créneau! Et puis on s’entend que toutes les entreprises ont besoin d’objets promotionnels à un moment, et puis on n’en veut plus des cadeaux insignifiants comme un porte-clé ou un crayon, on en a trop, fais que oui, c’est vraiment original, fun et utile ce que Kotmo propose. Donc on recommande chaudement!

 

Merci beaucoup Laurie et Stéphanie pour cette entrevue! Et à bientôt pour de nouvelles collaborations inspirantes et pleines de sens.

Découvrez leurs produits ici, ainsi que leur blog prodiguant des conseils utiles et simples à mettre en oeuvre pour démarrer une vie zéro déchet!

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

The following two tabs change content below.

Sienna Zampino

Graduated in arts, Sienna is convinced of the power of words. She creates, imagines and writes articles to promote more responsible business practices.